Robotaxis: la Chine est dans la course

Il n'y a pas que les géants californiens de la tech qui testent les taxis sans chauffeur. Plusieurs sociétés chinoises sont très actives en la matière, telles que Baidu, AutoX / Alibaba, DiDi Chuxing (le Uber chinois).

Certes les américains ont une longueur d'avance, avec par exemple les expérimentations de Waymo (Google) qui ont commencé en 2017 à Phoenix (Arizona). Waymo a démarré son test en mettant, par sécurité, un employé dans chaque véhicule, puis est passé au "full driverless" (voir ici, dans cet article de The Verge, l'expérience d'un passager dans un taxi sans chauffeur: https://www.theverge.com/2019/12/9/21000085/waymo-fully-driverless-car-self-driving-ride-hail-service-phoenix-arizona ).

Les expérimentations d'un service analogue ont commencé en réel dans la métropole de Shanghai. Avec des limitations toutefois: dans un périmètre en banlieue de Shanghai et avec une personne à bord, comme au début du test Waymo.

Les ambitions des opérateurs chinois sont immenses mais la route est longue, comme le montre les tests réalisés aux Etats-Unis. Les difficultés sont plus importantes que prévu pour arriver à une autonomie complète de niveau 5, et encore plus dans le cadre d'un service de taxi. C'est pourquoi il est essentiel de commencer les tests maintenant pour continuer à accumuler de l'expérience. Pour en savoir plus sur les expérimentations en Chine, voici un intéressant article du Journal de Montréal: https://www.journaldemontreal.com/2020/08/11/le-robotaxi-sans-chauffeur-debarque-a-shanghai



(AutoX)