Orange lance son réseau fibre optique du futur Djoliba en Afrique de l'Ouest

Orange a annoncé le 10 Novembre, lors du sommet Africa Tech Festival, le lancement de son réseau backbone fibre optique Djoliba ("Fleuve Niger" en langue mandingue), destiné à couvrir 8 pays d'Afrique de l'Ouest: Sénégal, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée, Liberia, Mali et Nigeria.


Ce réseau international offre du très haut débit (jusqu'à 100 Gigabit) grâce à une infrastructure de 10.000 kilomètres de réseaux terrestres - constituée en seulement deux ans - connectée via des câbles sous-marins au réseau international du groupe Orange. Le centre de supervision du réseau se situe à Dakar et les huit capitales des pays concernés seront interconnectées grâce à ce maillage d'infrastructures maritimes et terrestres (voir ci-dessous).


(Source: Orange)


L'avantage est d'avoir un "guichet unique" pour l'accès à une infrastructure haut débit dans huit pays sans avoir à traiter avec de multiples fournisseurs.


Le trafic internet est supposé doubler en deux ans entre 2019 et 2021 en Afrique (selon Telegeography), générant un immense besoin d'infrastructures numériques. Le groupe Orange y contribue à raison d'environ 1 milliard d'Euros d'investissement par an en direct et via des partenariats dans les grands projets de câbles sous-marins desservant l'Afrique, tels que:

  • le câble ACE (Africa Coast to Europe) qui doit relier 24 pays africains et 400 millions de personnes,

  • le câble Main One to Africa (câble reliant le Portugal au Nigeria),

  • le câble du consortium 2 Africa (comprenant Facebook dans ses partenaires) qui fera le tour de l'Afrique d'ici 2024.

Tous ces projets d'infrastructures témoignent de l'intérêt des opérateurs face à la croissance du numérique en Afrique. On estime que plus d'un tiers des africains dispose désormais d'internet, soit environ 470 millions d'internautes, deux fois plus qu'en 2015. Mais chacun de ces internautes utilise de plus en plus de données, d'où une croissance encore plus rapide du volume de données à traiter. La mise en place rapide de réseaux haut débit est donc une condition nécessaire de la poursuite de la croissance digitale de l'Afrique.


Pour en savoir plus, lisez cet article de La Tribune sur Djoliba: https://afrique.latribune.fr/africa-tech/telecoms/2020-11-11/orange-lance-djoliba-le-premier-backbone-panafricain-d-afrique-de-l-ouest-862102.html